Paracha Berechit : A quoi ressemblait le premier homme?

וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת הָאָדָם בְּצַלְמוֹ בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ: זָכָר וּנְקֵבָה בָּרָא אֹתָם

D.ieu créa l’homme à son image ; c’est à l’image de D.ieu qu’il le créa.

En lisant ce verset une première question se pose : Que signifie être créé à l’image de D.ieu. ? Un premier axe de réflexion nous conduit à s’interroger sur la ressemblance physique du premier homme. En approfondissant la question, nous pouvons en venir à la conclusion qu’être créé à l’image de D.ieu transcende le simple aspect physique.

Le sixième jour (יוֹם הַשִּׁשִּׁי) Hashem créa Adam, le premier homme. À quoi ressemblait-il ? Était-il blanc, jaune ou noir ?

Le premier homme est appelé Adam (content « dam » le sang). L’étymologie du mot adam est ambigüe : son nom est lié à la couleur rouge « adom » et à la terre (adamah), le rouge étant la couleur de la terre en Afrique noire. Adam fut façonné d’un mélange d’eau et de terre (Gn 2,7).

En effet, il est dit: « L’Éternel-D.ieu forma l’homme, – poussière de la terre en insuffla dans sa face un esprit de vie, et l’homme devient un âme vivante » (Gen. II, 7). ה וַיִּפַּח בְּאַפָּיו נִשְׁמַת חַיִּים וַיְהִי הָאָדָם לְנֶפֶשׁ חַיָּהוַיִּיצֶר יְהוָה אֱלֹהִים אֶת הָאָדָם עָפָר מִן הָאֲדָמָ

La création de l’homme (Adam) suit celle du ciel et de la terre. D.ieu le façonne d’abord à partir de la poussière terrestre (ha-adamah), puis lui insuffle la vie par les narines.

Le fait qu’il n’est pas dit הָאֲדָמָהמ Mais מִן הָאֲדָמָה (l’origine – ça vient de la terre) amène Rachi à conclure que D.ieu a ramassé la poussière de toute la terre pour créer l’homme.

Ainsi, le premier homme n’était surement pas blanc et peut-être pas noir non plus. Finalement le message à retenir n’est-il pas plus profond que l’idée d’un premier homme ayant une couleur de peau spécifique. Lorsqu’il est dit : « l’homme a été créé à l’image de D.ieu », doit-on retenir que D.ieu a une apparence bien spécifique ? Je ne pense pas qu’une telle lecture doit être retenue. Sur ce point, Maïmonide insiste d’ailleurs sur le fait que les termes d’images et de ressemblance sont à prendre au sens figuré (Guide des Egarés I,1).

L’homme est créé à l’image de D.ieu en ce sens qu’il porte en lui une étincelle de l’esprit divin. Rachi explique que l’homme « est unique en bas comme D.ieu est unique en haut, il est le seul en bas à connaitre le bien et le mal » (Rachi, Gen. III, 22), car il est vraisemblablement le seul parmi toutes les créatures à posséder le libre arbitre.

Aussi, lorsqu’il est dit « L’Éternel-D.ieu forma l’homme, – poussière de la terre en insuffla dans sa face un esprit de vie, et l’homme devient un âme vivante » (Gen. II, 7)

L’orthographe du mot forma וַיִּיצֶר avec deux יִּי est un cas exceptionnel. Pour les sages cela marque la double « formation » de l’homme que la Thora souligne dans ce verset. Il réunit en lui le spirituel et le temporel, le « penchant du bien et le penchant du mal », il est formé pour le monde d’ici-bas et pour l’au-delà (Rachi), il contient en lui le ciel et la terre.

Par son esprit, l’homme peut dominer la matière. Force est d’ailleurs de constater aujourd’hui que l’Homme apparaît comme étant au sommet dans la hiérarchie des créatures.

 

En définitive, l’homme a été créé à l’image de D.ieu dans le sens où nous avons été dotés d’un esprit spécial, d’un libre arbitre. Le message à retenir dépasse la simple apparence physique du premier homme. Peut-être faut-il retenir ici que nous sommes tous empreint de l’homme crée à partir de la terre, dont découleront par la suite les 70 nations.

De là, que pouvons-nous retenir à présent ? N’est-il pas mieux de s’unir avec nos différences, l’unité n’étant possible que par l’existence de la diversité.

 

 

 

D’ailleurs, « elohim » renvoie à l’idée de D.ieu comme une pluralité. Non pas dans le sens où il y aurait plusieurs dieux. Mais en ce sens où D.ieu a plusieurs facettes et c’est cette pluralité qui fait son unité.