itinéraire d’un enfant caché : Jacques Levy se confie sur son livre

Après des années de silence sur ce qu’il avait vécu, mon grand pére Jacques Levy décide enfin d’écrire son livre- témoignage.Un livre bouleversant et douloureux qu’il évoque avec beaucoup de pudeur . L’occasion pour moi  de lui poser quelques questions.

 

1/ Comment as tu eu l’idée d’écrire ce livre ? Y’a t il eu un moment clé qui t’as décidé à entreprendre ce projet ?

L’idée d’écrire ce livre me trotte dans la tête depuis déjà plusieurs années.

Je témoignais dans les écoles et parfois cela m’était douloureux j’ai pensé qu’il serait peut être plus facile d’écrire devant mon ordinateur et parfois répondre aux questions qui n’étaient pas posées.

Et puis quand mes petits enfants furent en âge de comprendre ils m’ont posé énormément de questions.

Là aussi je me suis dit qu’ils en sauront plus si j’écris.

Ensuite il y a eu en France une forte résurgence de l’antisémitisme cela m’a fait accélérer l’écriture de ce livre.

Et puis le temps passe vite. Les derniers témoins disparaissent, je ne suis plus très jeune non plus.

Il fallait laisser mon propre témoignage c’était impératif.

 2/ Peux tu m’expliquer a qui il s’adresse ?

Ce livre témoignage s’adresse vraiment à tout le monde car selon les derniers sondages, un nombre important de citoyens français ignorent ce qu’était exactement la Shoah et les persécutions de l’état français contre les juifs.

Je peux témoigner aussi que même en allant dans les écoles juives, il y avait aussi beaucoup de lacunes.

Ce qui me parait complètement anormal.

D’où l’utilité de ce livre.

3/ Pourquoi aujourd’hui ?

La réponse à cette question se trouve dans les deux précédentes.

4/ Tu n’avais que 7 ans pendant la shoah …pourtant les souvenirs  sont très précis et intacts, comment explique tu cela ?

Si on reprend certains passages du livre, on trouve des évènements qui marquent à jamais la mémoire d’un enfant : par exemple, le port en flamme de Brest, la descente dans les abris pendant les bombardements.et le bruit sourd des explosions.

Les allemands rentrant dans Brest et défilant au pas de l’oie.

Les rues désertées par les habitants pendant ce défilé..

La séparation d’avec mes parents.

Ne manger que des radis et des salades pendant trois jours.

Attraper la gale.

Aller chercher des enfants traqués à la gare de Meung sur Loire dans la nuit noire et les convaincre que tout se passerait bien.

Et j’en passe …….

Comment oublier cela, même pour un enfant de 7/8 ans ?

8/ Es-tu un jour retourner à Baule, revoir ceux qui t’on sauvé ? quel est le souvenir d’instant d’humanité t’as le plus marqué ?

Oui je suis retourné à Baule avec mon frère Raphaël et nous avons retrouvé Monsieur Forel Il était hélas trop âgé et la conversation fut difficile mais nous étions très émus, ce qui n’a pas facilité les choses.

Madame Forel était malheureusement décédée.

J’y suis retourné une seconde fois avec mes deux enfants pour leur montré cet endroit où nous avons échappés au pire..

Le cadeau de Noel de cette brave dame qui nous a accueilli et offert des pommes.

Et puis Madame Forel qui ne m’a jamais resservi de la soupe au cerfeuil.

9/ Quels difficultés as-tu a écrire ce livre ? y’a t- il eu des passages plus douloureux que d’autres ?

Oui la fin du livre a été très difficile à écrire.

10/ Combien de temps as -tu mis pour te réadapter au monde “réél ” après cela, et retrouver une enfance “normale” ? y’a t-il un cauchemar/souvenir qui te hante encore ?

Impossible de se réadapter à une vie normale

Les moments les plus difficiles étaient quand les mamans de mes copains de classe les attendaient à la sortie de l’école, pour moi, personne ……

Le plus terrible des cauchemars c’est « Auschwitz »

11/ As tu lu des autres livres sur la Shoah ?  Qu’elle est celui qui t’as le plus marqué ?

Non je n’ai pratiquement rien lu sur la Shoah .

Par contre j’ai vu le film « nuit et brouillard » .c’est celui qui m’a le plus marqué.

12/ Es tu en contact avec d’autres rescapés/ enfants cachés ? 

Oui je suis toujours en contact avec des rescapés et des enfants cachés. Evidemment à titre personnel et également au titre de mes associations.

13/ As-tu lu ton propre livre ? qu’as tu ressenti ? 

J’ai relu mon livre sur le conseil de mon éditeur avant la publication mais c’était, si je puis dire, d’une façon uniquement technique.

Ensuite je l’ai simplement feuilleté en lisant quelques passages.

C’était une impression bizarre. Je me suis dit, tiens c’est moi qui ai écrit cela !

14/ Comment explique tu qu’encore aujourd’hui ( 75 ans après la shoah)  la haine du juif est omniprésente ? es-tu optimiste sur le futur des juifs en France? quel regard portes tu vers l’avenir ?

Cette haine du juif, je l’explique dans le livre, date de plus de 3000 ans elle fut accentuée avec l’avènement du christianisme rendant les juifs responsables de la crucifixion du christ donc de déicide.

Malgré l’intervention récente de plusieurs papes condamnant cette théorie, les mythes ont la peau dure !

Aujourd’hui c’est une autre forme d’antisémitisme qui apparait avec le conflit israélo palestinien importé en Europe.

Sur l’avenir des juifs en France je pense que chacun doit choisir : soit se battre sur place soit faire son Alyah ., il n’y a pas d’autres solutions.

15/ Quel message souhaites tu faire passer à travers ce livre ? que souhaites tu que les lecteurs retienne de ton “itinéraire d’enfant caché” ?

En racontant mon histoire je souhaite amener le lecteur à une réflexion sur l’antisémitisme et surtout où cela peut mener.

S’en prendre aux enfants qui sont l’innocence même est inadmissible..C’est évidemment valable aussi pour les adultes.

16/ Que t’as apporté ce livre personnellement ? est-ce une sorte de thérapie?

C’est peut être une thérapeutique je ne sais pas mais j’ai eu un désir très fort d’écrire ce livre afin que le monde sache à travers cet itinéraire ce qui c’était réellement passé pendant cette période..

J’ai aussi eu le sentiment que l’oubli s’installait et cela m’était insupportable.

17/ Tu as consacré presque 20 ans de ta vie à transmettre la mémoire de la shoah… racontes nous une anecdote … quelle question d’enfant t’as le plus surpris ?

. Dans une classe, un jour, un élève m’interroge en me disant, « vous avez été obligé de manger du porc .En tant que juif qu’est ce que cela vous a fait ? »

Visiblement cet enfant était musulman et faisait la comparaison.

Je lui ai répondu que dans la tradition juive le bien le plus précieux était la vie et se traduisais par cette phrase en hébreu « le haïm »

On pouvait donc tout faire pour sauver sa vie.

Si je n’avais pas mangé de porc je ne serais probablement pas ici aujourd’hui pour te raconter mon histoire.

C’est cette anecdote, entre autres, qui m’a le plus frappé car l’enfant s’était complètement identifié à mon histoire.

18/ Vas-tu y retourner pour parler de ton livre ? peux t-on parler de faire ta promotion ?

Bien sûr j’irai parler de mon livre pour faire sa promotion.l’intégralité des bénéfices de ce livre iront au Mémorial de la Shoah

 

Pour contacter Jacques Levy :

Facebook

Instagram

Pour acheter le livre de mon grand père: 

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre petit commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée