Les lois de la pureté familiale : se marier tous les mois

Les lois de la pureté familiale : se marier tous les mois

@Dave Abreu Photography

Dans le Talmud (traité Nidda), le Sage Rabbi Méïr Baal Hannes a posé une question :

Pourquoi la Torah a dit : « 7 jours de pureté » ?

La Torah interdit à une femme d’avoir des relations avec son époux lorsqu’elle est dans sa période de règles menstruelles. Mais même après la fin des saignements, elle doit attendre sept jours sans aucun écoulement, appelés “7 jours de pureté”, avant de s’immerger dans un bain rituel, le mikvé, afin d’être permise à son mari. Quelle est la nécessité de ces sept jours ?

Rabbi Méïr répond : pour désirer son mari comme le jour de notre arrivée sous la Houppa.

Qu’a voulu nous dire Rabbi Méïr ?

Le jour du mariage est le plus beau jour de notre vie. C’est le jour où enfin on se retrouve avec notre « moitié d’âme ». Le jour tant attendu où nous allons enfin fonder, construire notre maison.

Lors de la Houppa, Hachem lie nos deux moitiés de néchamot (âmes) et à partir de cet instant, la femme et l’homme ne font qu’un, dans leur âme, dans leur esprit et dans leur corps. Quel bonheur !

En nous donnant la Torah, Hachem nous a fait un don précieux pour toute notre vie de pouvoir revivre ce moment tous les mois.

  1. La période des fiançailles ou les 7 jours de pureté

C’est la période de séparation physique (7 jours), durant laquelle aucun contact n’est autorisé entre les époux. Ils doivent aussi dormir dans deux lits séparés.

Cette période nous a été donnée par Dieu afin de relier nos esprits.

Un moment essentiel où le couple se lie autour de discussions, de partage de rêves et parfois de soucis, d’attentes de l’autre afin de retrouver le désir. C’est un moment d’échanges extraordinaire pour redécouvrir l’un et l’autre et faire ainsi monter le désir.

En effet, la femme, sans ces préliminaires,  ne peut retrouver le désir pour son mari au moment de l’intimité conjugale. Elle a besoin de se sentir aimée et écoutée.

Mais comment fait-on pour que le mari s’intéresse à sa femme ?

Le roi Salomon, dans sa grande sagesse, a dit :

« Comme on voit le reflet du visage dans l’eau, on voit le reflet du cœur dans l’autre ».

Une femme a besoin que son mari s’intéresse à elle.

Pour se faire, il faut qu’elle s’intéresse à lui : lui poser des questions, l’inviter à la discussion, lui demander ses désirs pour pouvoir simplement lui permettre de venir vers elle.

La Torah dit que la sagesse de la femme construit la maison.

Cette période de séparation physique mais de « lien d’esprit » fait rentrer un souffle nouveau dans la maison. Elle rappelle l’époque où ils étaient fiancés mais pas encore mariés, les temps des premières discussions un peu timides, pendant lesquelles chacun apprenait à connaître l’autre, chacune découvrait son futur conjoint.

2. Le mariage

Le soir du mikvé est arrivé. Le désir de se retrouver est enfin là.

Ce rendez-vous mensuel, comme le soir de la Houppa, lie la femme à son mari dans sa Néchama (son âme), dans son Nefesh (son esprit) et dans son corps.

Les « contacts des corps » peuvent se faire dans une harmonie parfaite et un désir complet.

Le but ultime de l’Éternel est que l’homme et la femme retournent au « un » car la Chékhina, Présence divine , étant en exil depuis la faute de Adam et Ève et de la destruction du Deuxieume Temple, revient au moment de cette intimité conjugale. Ce moment est donc un très haut niveau de sainteté, pendant lequel les deux êtres sont non seulement en communion physique, mais aussi spirituelle.

Il est impossible de ressentir la joie intense de retrouver son conjoint après de longs jours de séparation, si le couple se laisse aller aux moindres désirs de leurs corps chaque jour de leur vie. La Torah cadre cette intimité, fixe des jours d’abstinence, impose des lois parfois difficiles comme l’interdit du moindre contact physique avec son propre époux durant plusieurs jours. Comment trouver la force de respecter ces contraintes ?

Si le couple se rappelle du bonheur vécu le jour de leur mariage, et s’il souhaite connaître la magnifique expérience de le revivre chaque mois, alors les lois de la pureté familiale leur permettront d’atteindre cette joie.

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre petit commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée