Sorry Seems to be the Hardest Word…

Techouva , Mehila , Seli’ha en ce moment on n’entend que ça !
Tous les sites religieux, toutes les chansons à la syna , toutes les affiches de cours de Torah ne promettent que cela : avant Roch Hachana on vous fera faire techouva .
Mais pourquoi? Roch Hachana c’est le jour du jugement céleste, D’ passe en revue toute l’année écoulée et décide de notre futur , avant de sceller définitivement Sa décision à Kippour.
Comme nos Sages l’expliquent , D’ dans Sa grande bonté nous laisse toujours une chance de rectifier le tir et accepte nos gages de bonne volonté et nos bonnes résolutions jusqu’au dernier instant.
A nous donc de profiter de ces instants où Sa porte nous est ouverte , où Son oreille est tendue vers nos supplications et où Son coeur est enclin à faire pencher la balance vers le Bien.

Comment ?

En faisant techouva.
L’admour Hazaken ( 1er Rabbi de Loubavitch) explique que la techouva est, comme son nom l’indique un « retour » vers l’ordre initialement créé par D’. En faisant techouva , c’est-à-dire en regrettant nos péchés et en accomplissant de bonnes actions, chaque pensée, parole ou action retrouve sa place dans le monde. Décidez de changer, même dans un seul domaine , c’est déjà recréditer son compte perso d’un mérite divin ! En demandant Mehila, c’est-à-dire pardon à ceux que l’on a vexés .

D’ peut pardonner les offenses faites contre Lui mais pas les offenses commises vis à vis d’autres êtres humains.

Seuls nous-mêmes avons le pouvoir de réparer nos fautes envers nos amis et nos proches.
Demander pardon c’est le mot le plus difficile à prononcer chantait Elton John, et c’est parcequ’il faut énormément de courage pour reconnaître ses torts et demander pardon qu’on est récompensés avec l’ultime chance , celle d’être à notre tour pardonnés par D’.
Enfin, ces jours sont propices aux Selihot.
Ces chants que nos grand-parents chantent tôt le matin , demandant pardon a D’ pour tout un tas de péchés .
Et que l’on ait fauté ou non, on chante tous la même chanson.
Car, plus que nos beaux discours, nos confessions, nos génuflexions , D’ aime voir Son peuple uni .
Et lorsque d’une même voix, on s’adresse à Lui, en prenant la responsabilité d’un autre juif, en évoquant toutes les avérot commises cette année avec la promesse que l’on s’aidera l’un l’autre , D’ resplendit de bonheur et nous accorde à tous une bonne et douce année !
Chana Tova !
Esther Lahiany. est la co-directrice du centre Chabad de l’université de UCSD, en Californie. Originaire de Grenoble , elle partage son temps entre son job de maman, d’institutrice en maternelle , de cuisinière ou de conseillère pour la centaine d’étudiants qui fréquentent leur beth habad et est blogueuse social/ torah sur Ishanews.
Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre petit commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée