Une amitié inattendue

Il est 00h41 nous sommes vendredi soir et je pense à toi.

Tu vas sûrement me taper sur les doigts en lisant ces quelques lignes et c’est vrai que j’aurais pu t’évoquer un autre soir mais tu sais que depuis quelques temps je me suis un peu perdue et j’espère que tu me pardonneras cette incartade:)

TheWeekend dans mes oreilles, je baisse le son.

Pour décrire notre amitié à mes lecteurs j’ai besoin d’être concentrée (un exercice difficile,tu le sais plus que quiconque), afin de ne rien oublier.

… Mais comment peux t-on résumer plus de 20 ans d’amitié en quelques lignes ?

Si tu lis cet article, j’aimerais que tu retiennes que malgré les déceptions amoureuses ou amicales que tu as pu traversé, il existe des relations pures,sincères,sans intérêt, et j’espère que tu auras cette chance de les vivre.

Ce soir, alors que tu dois dormir paisiblement dans ta maison à Ranana j’aimerais te remercier.

Toi de nature si discrète mais qui t’ai créé un compte Instagram uniquement parce que je te l’avais demandé (cette requête est j’avoue antinomique, car tu es l’une des rares qui me connait réellement…)

Qui y’a t-il de plus sincère qu’une amie d’enfance ? Qui y’a t il de plus précieux que de  grandir ensemble, sans jamais se perdre de vue pendant deux décennies ?

” La vraie amitié ce n’est pas d’être séparable c’est d’être séparé et que rien ne change  “

Ces derniers mois après avoir vécu un déchirement familiale tu as été là encore une fois plus que les autres, Ma Dvorah, et je t’en serais toujours reconnaissante.

Tu me répètes souvent : “C’est rien Sarah, tu aurais fais la même chose pour moi je t’assure”.

Quand tu me demandes comment je vais, tu te soucies réellement de la réponse.

Tu t’inquiètes à la manière d’une grande soeur alors que je suis ton ainée !

Ma Dvorah, combien de discussions as-t on eu où on refaisait le monde entre deux fous rires ?

A l’époque du téléphone fixe, l’excitation au bout du fil, l’excuse aux parents pour  s’appeler :” Je l’aide pour un devoir de maths ” et où l’on déviaient sur tout autre chose que le devoir en question ;

15 ans plus tard, par appel whats’app on essaie de résoudre d’autres formes de problèmes et encore entre deux fous rires …

Toi cartésienne, moi rêveuse mais aux valeurs communes, on se ressemble peux être plus qu’il n’y parait.

On nous décrivaient souvent  comme “différentes mais complémentaires”.

Parfois je me questionne: Est-ce que j’ai été vraiment là pour toi comme toi, tu l’as fais ? toi qui ne te plains jamais et où je dois deviner tes réponses à demi mots  …

…Es-tu heureuse en tant qu’épouse et maman ?

Te rappelles-tu de nos souvenirs d’enfances?….

Il faut dire que rien ne nous prédestiné à devenir des amies.

D’un tempérament très timide on t’entendait à peine mais les camarades t’appréciaient.Moi fantaisiste et rêveuse je ne faisais pas l’unanimité.

A 10 ans, lors mon déménagement on s’est retrouvées dans le même car scolaire et on s’est rapprochées,une routine amicale s’est installée.Nos discutions et partageons nos goûters : j’avais enfin trouvé une vraie copine !

Tu ne peux pas savoir à quel point tu as été une alliée durant toute ma scolarité chaotique et comment c’est dur aujourd’hui, de retrouver une amitié aussi solide que la tienne.

On s’est complétés,on s’est entraidés, tu es la soeur que je n’ai jamais eu.

Finalement mes parents on été ravis de cette nouvelle amitié et peux être les tiens un peu moins 🙂

Je te faisais écouter  la dernière chanteuse à la mode, feuilleter mes magazines people quand  toi tu essayais de me faire comprendre par tous les moyens les Maths et la Physique.

A 30 ans, il est temps de te faire une confidence : la veille des contrôles de Maths avec toutes les lacunes accumulées, je savais que c’était peine perdue  mais c’était un prétexte pour qu’on dorme l’une chez l’autre au final c’était la même musique le lendemain : on se mettaient à coté afin que tu rapproches ta feuille !

Ces moments je les revis avec amusement et nostalgie.

Ta maison était un havre de paix. Rentrer dans une famille nombreuse et unie était un pur moment de bonheur et d’évasion.J’oubliais pendant un instant, les blessures de la fille de divorcée que j’étais.

Vous étiez ma deuxième maison,ma deuxième famille.

Je me rappelle de nos longues soirées msn, les partages du temps avec ton frère sur l’unique ordinateur, les chocolats chauds à pas d’heure, nos photos publiées en cachette sur Feujworld, l’écoute de la radio libre tard le soir, Les séries américaines  qu’on regardait en rentrant des cours, Les bonbons qu’on mangeait en cachette, nos premières cigarettes,nos premiers restos sans les parents,nos verres légèrement alcoolisés, nos dimanches matins à la piscine publique de Noisy Le Grand avec ta soeur puis les pâtes au fromage de ta  mère qu’on engloutissaient comme si on avait fait un 100 mètres, d’ailleurs en parlant de sport, j’entends encore la prof nous gronder ” Vous deux, arrêtez de parler et courrez ! ”

Qu’est-ce qu’on étaient bavardes ! on avait toujours un truc à se dire, à raconter…

Je t’entrainais dans mes shows à l’aide deux tubes de déodorants pour office de micros et  on improvisait des spectacles où nous étions notre propre publique.

Les jeux de cartes avec ta famille si chaleureuse, ces brioches au coeur chocolat,ta grande terrasse ou l’on faisait nos photos de stars et on l’on jouait aussi au foot parce que tes frères avait besoin de coéquipières, nos promenades à vélo, nos disputes, nos larmes,nos vacances d’été à Clairis,nos cartes de voeux pour les anniversaires (que j’ai encore), nos chorégraphies improvisées, nos sessions bronzettes, ton teint halé, mon teint pale, tes cheveux lisses comme des baguettes que j’enviais, notre escapade à Barcelone, nos ballades aux Buttes-Chaumont, nos fou rires,nos trajets dans le bus 60, nos nuits chez l’une chez l’autre,nos chabbats ensemble, mon amour secret pour ton cousin,  les brushings que tu essayais désespérément de me faire, la french manucure que tu m’appliquais, le regard bienveillant de ton père, nos premières vestes en jean, nos sessions shopping chez Claire’s et H&m rue de Rivoli, nos looks interdits, tes appels la veille d’un rencard amoureux, nos doutes, la pression du mariage, du permis, des diplômes …

En terminale, nos chemin se sont séparés.

“Le temps balaye les faux amis et confirme les vrais”

Tu es entrée à Dauphine et tu enseignais tous les dimanches matins la torah aux enfants, jamais de grasse matinée pour toi, la fille dévouée.

Quand à moi j’essayais de trouver ma voie tant bien que mal dans des écoles de commerces tendancieuses…

J’avais envie de m’amuser, tu voulais rencontrer l’homme de ta vie. Je te disais de ne pas désespérer, que tu allais enfin le trouver et le garçon que tu ne regardais jamais jusqu’à présent et bien : Tu l’as épousé !

Alors j’ai pris un billet d’avion, je t’ai accompagné à ton mariage et j’ai dansé avec la joie d’une soeur. J’étais si heureuse pour toi et à la fois émue : tu le méritais.

Toi ma voisine et amie depuis plus de 20 ans déménageait à plus de 4000km  : une nouvelle vie t’attendait.

Tu ne le sais peux être pas mais ta mère m’a confié ce jour là : “tu as toujours eu une amitié sincère envers ma fille, c’est tellement rare j’espère que vous le saurez encore longtemps”

Puis tu es devenue maman, quelle joie de te voir avec ta petite famille lors de tes venues à Paris !

Ma Dvorah, comme j’aimerais  juste déguster un chocolat chaud et te voir autrement  que sur Facetime…

Déja presque deux ans que l’on ne s’est pas vues, et que tu n’es pas rentrée dans ton Lilas natal.

Ceux qui te connaissent savent que tu es une fille exceptionnelle que tu fais des bonnes actions dans l’ombre et sans stories.

La phrase que tu m’a dite il y’a quelques semaines te résume bien ” j’aurais aimé être psychologue me dire qu’a la fin de la journée j’ai aidé quelqu’un mais je ne suis qu’une analyste, et je me sens parfois inutile”

Alors oui tu es brillante,bonne mère, courageuse, dévouée, généreuse, mais surtout ouverte d’esprit car tu as sû voir à travers ma facade frivole et si différente de la tienne qui j’étais.

Qui aurait pu croire à cette amitié si inattendue ?

P:S : J’ai des dizaines de photos de nous sur mon téléphone mais je sais que tu es pudique …j’espère juste que tu ne me supplieras pas de supprimer cet article.J’ai déja préparé mes arguments et ils sont de taille 🙂

 

A  toi ma soeur de coeur, mon amie pour la vie

 

 

 

Aucun commentaire pour l'instant

Laissez votre petit commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée